Les Ateliers du vent dans l’Histoire

53439721_357690661499822_6595488351107678208_n
© Les Ateliers du Vent – L. Gaudaire / E. Chaigne

Les Ateliers du Vent, le 1er mars 2019, dépose ses mémoires aux Archives de Rennes.

Ci-dessous, un gif d’une proposition expériementale de Morvandiau… A suivre ?

Publicités

Une fondation vers Neuilly

L’oiseau de fer et de verre de Louis, non le roi mais Vuitton s’érige à l’entrée du bois de Boulogne, rue Gandhi, après quelques pas en traverse de Neuilly. L’occasion étrange pour Mahatma Gandhi de coexister avec Vuitton, Neuilly et Bois de Boulogne.

FLV_001.jpg

Citation ambiancée à propos de la Fondation :

« Ce projet qui se veut une réplique à la « fondation Pinault » installée à Venise, est l’expression médiatique de la concurrence entre Bernard Arnault, le patron du numéro un mondial du luxe, et son rival François Pinault »

Du monde, du monde, du monde venus se positionner devant les œuvres de Egon Schiele, à ne rien y voir ou peu ; le surbooking du public admis dans l’exposition appelle à un grand effort de persistance rétinienne pour apercevoir la douceur poétique du trait, des couleurs de Schiele. A y regarder de plus prêt, on y verrai presque mieux sur les écrans qui se dressent sans cesse. Même s’il est dommage ce trop de monde, les œuvres gagnent à être vues, sans hésitation.

Jean Michel Basquiat, proposant de plus grands formats, permet un meilleur accès à la visibilité de son œuvre… quasiment, les téléphones arriveraient à s’ajouter aux tableaux!

La vertigineuse fondation, volatile au visage luxueux, porte le regard vers la Défense.

Vivier Ground

Le Vivier, selon les Ateliers du Vent, appellent une vingtaine de ses artistes associés à venir relever différentes épreuves de natation synchronisée, comme l’exposition collective, ou encore la résidence de création. Le Vivier s’inscrit dans la biennale off d’art contemporain, se définissant telles des rencontres arts visuels, vivants, vivifiants.

L’exposition est lancée le 15 novembre 2018 lors des portes ouvertes des ateliers d’artistes de la ville de Rennes, autrement dit APO ou encore nouvellement appelé Rennes Art Week-end.

 

L’exposition synchronise les univers visuels de Lise Gaudaire, Estelle Chaigne, Badame Lambasadrise, Candice Coxypy Hazouard, Grégory Kaz Delauré, Christophe Ecobichon, Catherine Duverger, Élise Guihard, Jonathan Devrieux, Matthieu Blin, Myriam Ingrao, Pascal Pellan, Thomas François/3hitcombo et Sebastien Thomazo. Des artistes associés du vivant viennent y faire quelques propositions, Myriam Gautier, Régis Guigand, Agathe Mercat, Daniel Paboeuf, Celine Le Corre et Pascal Pellan. L’exposition connait plusieurs temps forts jusqu’à sa clôture le 27 novembre.

 

Autre synchronisation, la résidence artistique se déroule du 19 au 23 novembre 2018 au premier étage dans une ambiance piscino-centrée. Une question taraude : si le Pacific Hôtel avait eu une piscine, peut être aurait il perduré après le départ en retraite de son propriétaire en 2016?

 

Les nageurs sont : Estelle Chaigne, Candice Coxypy Hazouard, Grégory Kaz Delauré, Catherine Duverger, Élise Guihard, Jonathan Devrieux, Matthieu Blin, Pascal Pellan, Jean Christophe Mitch et Myriam Gautier. La restitution est rendue publique le vendredi soir.

Pacifiction, gif hommage à Vivier

Retrouvez les images du Vivier par Estelle Chaigne en cliquant : ICI

Soyons raisonnable?

13h51 à 17h18, un premier dimanche de novembre 2018, pour parcourir la Halle de la Courrouze, le FRAC, le Musée des Beaux-Arts et la Criée : A Cris Ouverts, la biennale d’art contemporain rennaise permet de sillonner la ville, un parcours semé d’espaces, de concepts, de couleurs, de formes, de textures, de sons… Ci-jointes quelques images prises sur les lieux.

Sur la route du retour, le canard et le caddie dans l’Ille, le titre est apparu évident, immédiatement : « Soyons raisonnable? ». La balade s’est ponctuée ainsi.

DSCF2346